[Blabla] Victime lors d’une simulation d’attentat

Salut tout le monde! Aujourd’hui pas d’article recettes, « mes petits endroits » ou visionnage! Eh non, aujourd’hui j’ai choisi de vous parler d’une expérience que j’ai vécu le week-end dernier et dont j’avais envie de vous parler.

Dimanche dernier, je suis devenue l’une des fausses victimes d’un attentat terroriste lors d’une simulation afin de parfaire la prise en charge des Pompiers, SAMU, médecin, infirmier, police judiciaire … en cas d’attaque.

9h30 : Une amie vient me chercher chez moi. Nous allons jusqu’au SDIS (Service Départemental d’Incendie et de Secours) où nous prenons un bus avec les autres participants (principalement d’autres élèves infirmiers). Le trajet se fait dans le calme, on papote entre copines mais étrangement on reste assez calme.

10h45 : On arrive dans une caserne de pompier, à 45 minutes de chez moi. Briefing de départ, puis sandwich pour tenir toute la journée. On nous explique que la simulation se tiendra sur trois sites dont un important, la gare de la ville. Il leur faut 35 personnes pour la gare et … bah ouais, forcément, nous y sommes allées. Nous avons donc chacune d’entre nous eu une feuille sur laquelle étaient inscrits :

  • l’âge que nous aurions lors de la simulation
  • l’endroit où nous nous trouvions au début de l’attaque
  • si nous étions conscient ou non
  • si nous avions des douleurs, une tachycardie (augmentation du rythme cardiaque)
  • et bien sûr l’endroit où nous étions blessées (sachant que cette info allait tout déterminer)

Bien sûr, comme je ne peux rien faire de simple, je me suis retrouvée avec une blessure à l’abdomen et une autre à la cuisse. Qui dit celui dit …. t-shirt et pantalon déchirés. Les pompiers refusant de déchirer mes vêtements m’ont prêté des vêtements de rechange que je me suis empressée d’enfiler. Et là, passage au « maquillage ». Coups de ciseaux dans le pantalon, d’autres dans le t-shirt, un peu de patte modelante avant de maquiller et mettre du faux sang ….. plein de faux sang!

13h00 : Tout le monde est prêt. Ne reste plus qu’à reprendre le bus pour aller à la gare. Bien sur, je ne peux pas m’asseoir au risque de salir les sièges du bus. On arrive rapidement à la gare _ heureusement pour moi _ et nous sommes vite dispatchés dans différentes pièces. A l’origine, 6 filles et moi même étions censés nous trouver, avec d’autres personnes, dans la pièce où aura lieu une prise d’otage. Mais l’événement étant médiatisé, il a été décidé que les personnes ayant trop de faux sang sur eux attendrait dans une autre pièce. Jusqu’à ce que nous soyons transféré dans un sous-sol.

15h30 : Début de l’attaque. Au début, pas de bruit jusqu’à ce qu’on entende dans la pièce d’à côté des cris. « Tous à terre ». La phrase était répétée en boucle avec une crédibilité telle que même seuls dans la pièce, nous avions toutes envies de nous mettre à terre pour nous protéger. Par la porte, on voit les forces de l’ordre passer. Armes en main (airsoft), bouclier, tenue complète. Impressionnant.

16h00 : C’est enfin à notre tour. Transférés dans un sous-sol, nous sommes tout d’abord maquillé à nouveau. Teint pâle, fausse sueur. Une fois au sous-sol, en position, du sang est encore rajouté. Et là tout commence pour nous.

Les pompiers arrivent, en masse. Ils doivent tous nous évacuer. Nous sommes toutes gravement blessés et ils le voient. Deux pompiers (plutôt pas mal ceux là), s’arrêtent à côté de moi, décidés à s’occuper de mon cas en premier. Mais d’autres les engueulent, leurs disant de s’occuper des plus près de la sortie d’abord. (que voulez-vous, mon charme est irrésistible!). Finalement deux autres pompiers s’occupent de moi. Et là, c’est le drame. Je suis transférée facilement sur une civière. Jusque là tout va bien. Mais c’était avant que je ne me prenne les fesses du pompiers me portant à l’avant … en plein visage. Puis ils me posent au sol, à l’extérieur du souterrain, où je suis rapidement auscultée. Saignement abondant à cause d’une plaie par balle à l’abdomen et une à la cuisse. Je suis une urgence absolue.

On finit par me remettre sur une civière _ non sans m’avoir marché sur la main d’abord _ et m’emmener sous la tente des secours. A l’entrée de celle-ci j’ai le droit à une fouille au corps. Ca pourrait aller. Mais lorsque vous savez que seule deux d’entre vous ont été pas mal palpé alors que les autres ont juste eu un micro contact voire rien du tout, vous vous posez des questions.

Puis me voilà enfin sous la tente. Une infirmière et un médecin du SAMU s’occupent de moi. Elles me déshabillent … enfin pas totalement, mais t-shirt relevé jusqu’au soutif, pantalon déboutonné et ouvert, jean au niveau de la cuisse totalement déchiré. Faut pas être pudique pour un sous, sauf que bah voilà, je suis plus pudique d’exhibitionniste et voir tout le monde passer et jetant des regards sur soi, c’est pas la situation la plus extraordinaire du monde. Ensuite, elles m’auscultent, me posent des questions, et là, j’ai découvert mon vrai talent pour la comédie. « Ca va? me demandent-elles. » Je joue la fille pas trop rassurée et elles me redemandent « nan mais en vrai, ça va? ». J’éclate alors de rire en leur disant que ça allait nickel. Soulagée, elles reprennent leur boulot. Un garot est posé, une poche d’antalgique aussi, ma plaie à l’abdomen est compressée. Et je suis ENFIN rhabillée. Ou plutôt, elle a rebaissé mon t-shirt.

Viens alors un agent de la police judiciaire. Ils me posent des questions. Nom, prénom, âge, adresse, ce que j’ai vu, si je peux dire quelque chose sur les tireurs …. pour finir par un relevé d’empreintes digitales. Autant dire que c’était quand même pas mal cool!

Puis les gens passent, mais rien ne semblent bouger. Les ambulances ont disparu. Elles devaient emmener pour de faux des blessés à un hôpital se trouvant dans ma ville, soit à 45 minutes de là où on était. Et bien sur qu’est-ce qu’ils ont fait? Ils y sont réellement allés. Et du coup? Bah je suis morte. Aussi simplement que ça. Pas d’ambulance, donc pas de prise en charge totale, donc voilà, j’ai mouru. C’est bête quand même non? L’infirmière s’étant occupée de moi a bien râlé. Ils avaient absolument pas géré leur truc. Sur les 7 Urgences Absolues …. 5 sont mortes. « Je suis pas contente de ce qu’il s’est passé » a-t-elle dit avant de rajouter en se tournant vers moi « je parle pas de toi ma chérie. T’as été parfaite! ». Au moins, moi j’ai assuré.

 

En tout cas, ça aura été une  expérience assez enrichissante. Quoi de mieux pour découvrir les étapes de la prise en charge d’un patient sur ce type d’accident que de jouer le patient en question et voir les professionnels s’activer autour de soi. En tout cas, je peux quand même dire que juste se retrouver sur une civière portée par des pompiers, c’est pas rassurant. On perd tout contrôle sur ce qui nous entoure. Tomber, pas tomber. On ne peut pas décider. Puis devoir rester passif devant des gens nous touchant pour nous ausculter, ça peut être malaisant en fonction de la manière dont on est touché. Un même geste pourra être perçu différemment en fonction de la manière dont il aura été fait.

C’était alors une bonne journée qui s’est terminé par un karaoké géant dans le bus (que je n’ai absolument pas provoqué *sifflote* ) puis un retour à la maison à 23h _ pantalon et t-shirt troués toujours sur le dos bien-sur.

voilà, c’est tout pour ma petite expérience. Si vous avez des questions posez les, si vous avez vous aussi vécu quelque chose comme ça, n’hésitez pas à le raconter. En attendant, je vous marquerai en dessous les conduites à tenir que je juge nécessaire à savoir si pa malheur vous vivez quelque chose de ce genre. Je vous souhaite de belles inspirations, de jolies lectures et une bonne journée. A dimanche pour un nouvel article.

Conduite à tenir en cas d’attaque terroriste :

  • Si l’attaque se situe dans un bâtiment, essayez de sortir le plus discrètement possible pour vous cacher ailleurs
  • Si vous ne pouvez sortir, barricadez vous dans une pièce ou cachez vous dans un endroit discret.
  • Si vous croisez des personnes, prévenez les afin qu’elles puissent elles-aussi se protéger.
  • Coupez le son et le vibreur de vos téléphones. On y pense pas toujours, mais ce simple geste peut vous évitez de vous faire repérer.
  • Éteignez aussi les lumières, télévisions, radio … toutes les sources de son et de lumières près de vous.
  • A l’arrivée des forces de l’ordre, ne vous précipitez pas vers eux. Gardez vos mains en l’air et tentez une approche lente car jusqu’à vérification, ils ne pourront pas savoir dans quel camp vous vous situez.
Publicités

3 réflexions sur “[Blabla] Victime lors d’une simulation d’attentat

  1. … Je suis jalouse. En particulier si les premiers pompiers étaient mignons. XD
    Non mais ça devait être génial… si on omet le fait que tu sois morte. ._.
    Et que tu te sois fait marcher sur la main. Et que tu te sois pris un coup de fesses en plein visage.
    XD
    Blague à part, ce devait être une super expérience que tu n’es pas prête d’oublier !

    J'aime

    • Mais ouiii! je sui deg qu’ils aient du aller voir ailleurs …. surtout quand on voit ce à quoi j’ai eu le droit après ça …. surtout que je suis morte …. j’aurais quand même pu avoir de beaux pompiers pour mes derniers instants quand même XD

      Ouais sincèrement c’était génial! Et vendredi prochain, c’est la simulation d’accident nucléaire/radioactivité/biologique/chimique ! Ca va être cool XD

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s