[One Shot] Mon Ami Imaginaire

Je veux un ami. Un ami qui sera souvent à mes côtés mais surtout qui viendra me parler chaque jour, de tout et de rien. Je ne veux pas forcément un ami qui me demanderait tous les jours comment je vais, ce que j’ai fait. Non, je voudrais qu’il m’envoie des messages juste pour me dire à quel point il est fatigué, à quel point il a faim, ou d’autres futilités de ce genre. Je veux juste un ami qui me fera sentir qu’il a besoin de me parler, même pour me dire des choses pas très intéressantes, qui ne me laissera pas à chaque fois faire le premier pas pour que l’on se dise à peine deux ou trois mots. Il me montrera juste que j’ai de l’intérêt, que je ne sers pas qu’à aider les gens avant de revenir dans l’ombre où plus personne ne se souviendra de mon existence.

Je veux simplement un ami.

Un ami imaginaire.

Pour être sûr de ne pas souffrir une fois que cette personne ne voudra plus de moi dans sa vie.

Parce que c’est ce que les gens se disant être mes amis ont toujours fait. S’approche de moi, me faire croire que je pouvais être une personne extraordinaire avant de me rejeter pour des raisons douteuses ou voir même sans raison. Au moins un ami imaginaire ne me laissera pas tomber.

Je me laisse tomber sur le premier banc que je vois. J’aime venir dans ce parc quand, comme aujourd’hui, mes idées se font noirs et mon cœur douloureux. Je m’allonge sur le banc et repars dans mes pensées, imaginant à quoi pourrait bien ressembler cet ami imaginaire que j’aimerais tant pouvoir voir apparaître à mes côtés.

J’aimerais bien qu’il soit grand, plus grand que moi, mais un peu benêt. Le style de personne qui peut paraître presque froide au premier abord mais qui se révèle être quelqu’un qui finit facilement un sourire niais sur les lèvres. Son cœur serait immense et son âme pure. Il aurait de la conversation mais n’étalerait pas sa science à chacune de nos conversations. Et si je lui dis quelque chose qu’il sait déjà, il ferait semblant de ne pas savoir. Peut-être pas à chaque fois. Mais souvent, il me laisserait croire que j’ai une longueur d’avance sur lui.

Voilà comment je vois mon ami imaginaire. Et pourtant, même si c’est la description que je m’en fais, quelque chose semble ne pas aller. Mais quoi. Je dois réfléchir. Mon cerveau semble être au ralenti. Je suis fatigué … si fatigué.

 

Plus tard dans la journée

« Hey … réveille-toi ! Tu vas avoir froid si tu restes à pioncer dehors ! »

Mes yeux s’ouvrent doucement. Je n’arrive même pas à savoir où je suis … ah oui, je m’en souviens. Dans le parc …

« Bon sang, il fait nuit! crié-je en m’asseyant sur le banc. »

J’entends un rire grave pas très loin de moi et c’est lorsque je lève les yeux que je remarque quelqu’un assis sur le dossier du banc. Je ne peux m’empêcher de le dévisager. Il reprend un air neutre sur son visage, me faisant rougir. J’ai l’impression qu’il m’analyse de fond en comble et je ne sais pas vraiment quoi faire contre son regard. Il a l’air froid, mais soudain, un sourire fleurit sur ses lèvres et donne à son visage une lueur enfantine qu’il n’avait pas précédemment.

« Je m’appelle Jayden ! se présente-t-il sans pour autant bouger.
— Mat-Matthew, bafouille-je.
— Enchanté ! … T’as pas trop froid ? »

Je sursaute à nouveau. Ce garçon semble avoir la capacité de passer du coq à l’âne. Je ne peux m’empêcher de le fixer du regard, comme si je m’attendais à ce qu’il se mette soudainement à éclater de rire, à me dire qu’en réalité il n’en avait rien à faire de mon état, qu’il était là pour un stupide pari et s’en aller. Pourtant, son regard se fait insistant, comme s’il voulait absolument une réponse.

« Je … non … ça va … tout va bien.
— Tant mieux ! »

On ne parle plus. C’est un silence assez étrange … j’ouvre la bouche … je veux parler. Mais pour dire quoi? « Au fait, es-tu réel? » « Es-tu l’ami imaginaire dont je rêve tant ? ». Je n’arrive même pas à savoir si je suis réellement réveillé. Tout ceci paraît irréel. Il y a quelques minutes j’essayais d’imaginer comment serait l’ami imaginaire parfait et là voilà qu’un parfait inconnu, qui semble remplir chaque critère de l’ami imaginaire parfait, débarque. Il y a quand même quelque chose de louche, d’autant plus que je ne crois pas aux coïncidences. Ni au destin. Si ces choses existaient, alors pourquoi étaient-elles toujours contre moi ? Je refuse donc d’y croire pour ne pas penser que le monde est contre moi. Je manque juste d’un peu de chance … tout simplement.

« J’ai tellement envie d’une glace, chuchoté-je sans savoir comment mon cerveau en était venu à ce sujet.
— Oh … attend, je crois que ça peut se faire …
— Quoi ? m’écrie-je. Mais non, pas la peine de … »

Disparu … il a totalement disparu. Il n’est plus à côté de moi … Mais …

« Tient, j’espère que tu aimes la vanille. »

Je sursaute et tournant la tête de l’autre côté. Je ne comprends plus rien. Comment a-t-il fait ? Il était d’un côté et là … il est apparu de l’autre côté … et avec une glace à la vanille en plus de ça …

« Alors, tu es réellement imaginaire ? murmure-je à moi-même.
— Hum ?
— Non rien, lui dis-je avec un sourire, tout en prenant la glace. »

Mes doigts touchent à peine la glace qu’il retire sa main. Comme s’il me cache quelque chose et que si je le touche, je découvrirai la chose en question. Alors c’est réellement le fruit de mon imagination ? Pourtant cette glace paraît des plus réelles ! Tout est confus et je ne comprends réellement plus rien, mais je vais vivre l’instant présent. Je ne vais pas lui avouer que je connais son secret. S’il est là c’est qu’il a entendu ma demande et qui serai-je pour ne pas profiter d’avoir un vrai ami pendant un laps de temps indéterminé ? Je vais en profiter tout comme je vais profiter de cette glace que je tiens dans mes mains et que je vais savourer.

 

« Savais-tu que lorsqu’on regardait un ciel étoilé, c’était comme si on voyageait dans le temps ? me demande-t-il.
— Non … comment ça ?
— La lumière qui nous parvient de chaque étoile est en réalité la lumière qu’elles ont chacune émise il y a des milliers, millions, milliards voir même des dizaines de milliards d’années. Certaines d’entre elles ont peut-être cessé d’exister il y a très longtemps, mais pourtant leur lumière nous parviennent toujours.
— C’est … impressionnant. A côté les étoiles filantes font pâles figures. De simples petits corps célestes qui entrent en combustion à cause de la vaporisation de son corps et de l’ionisation de l’air à son entrée dans l’atmosphère …
— Whoua, tu en sais des choses ! Me dit Jayden avec un immense sourire !
— Je suis sûr que tu le savais déjà !
— Peut-être un peu, rit-il. »

J’éclate de rire. Il est réellement comme je l’ai imaginé un peu plus tôt dans la soirée. Des personnes passent devant nous et me fixent bizarrement. Je dois avoir l’air idiot, à rire seul sur un banc. Je regarde Jayden à la dérobé. J’aimerais tellement qu’il soit réel. Ma gorge se noue. C’est idiot. Il est ma création … mon imaginaire … mais je ne peux m’empêcher de me sentir triste à l’idée qu’il va finir par me quitter. C’est indéniable, il le fera. Il arrivera bien un jour où mon imaginaire ne sera plus assez puissant pour laisser une aussi belle création. Si encore j’avais rêvé d’avoir un chien, peut être que j’aurais pu avoir un chien imaginaire pendant plusieurs années, mais là … il est vraiment trop parfait, fidèle à ce que je rêve pour qu’il dure encore longtemps.

« Qu’est-ce qu’il y a ? J’ai un truc sur le visage ? Me demande-t-il en perdant son sourire.
— Non … non, c’est rien … désolé.
— Bon … il se fait tard … il faudrait rentrer.
— Ah … d’accord. »

Non … pas déjà …

« J’ai été ravi de te rencontrer, lui dis-je alors, penaud.
— Moi aussi … mais … en fait, j’ai un truc à t’avouer. »

Alors ça y est ? C’est le moment où il m’avoue ne pas être réel et que je ne le reverrai jamais ?

« Je te connaissais … avant même de te parler. En fait, ça fait un moment que je te connais. »

En même temps, tu es issu de mon imagination, alors forcément tu me connais.

« Je t’ai longtemps observé et j’ai plusieurs fois tenté de t’approcher, mais finalement ce n’est qu’aujourd’hui que j’ai réussi à le faire. »

Tient, c’est drôle ça. Un ami imaginaire qui n’ose pas venir voir son créateur. C’est comique je trouve.

« Je … je suis amoureux de toi Matthew et je voulais vraiment faire plus ample connaissance avec toi. Voilà … c’est tout … au revoir. »

Il commence à partir. Je suis totalement bouche-bée. Je comprends encore moins la situation que tout à l’heure. N’avais-je pas imaginé un ami imaginaire ? Je m’étais trompé ? J’entends un bruit et relève la tête. Il s’approche de moi, un air décidé sur le visage. Vient-il me dire qu’il blaguait et qu’en réalité il n’existe pas ?

« Désolé, mais je t’aime, me chuchote-t-il avec de poser doucement ses lèvres sur les miennes et de refaire demi-tour. »

Ses … lèvres … je les ai sentis … il est réel … il existe vraiment. Les larmes me montent aux yeux. Pourquoi suis-je autant heureux de son existence que de ses sentiments ? Avais-je imaginé un ami imaginaire ou un amour imaginaire ? Je n’en sais rien … mais il y a une chose dont je suis sûr et certain pour le moment.

« Jayden ! crié-je.
— Qu-qu’est-ce qu’il y a ? bafouille-t-il de manière adorable.
— On se revoit demain ? Même endroit, même heure ?
— D’accord, me répond-il avec un magnifique sourire. »

Cette chose, c’est que, ami ou amour, Jayden existe réellement et qu’en aucun cas je ne dois laisser passer cette chance.

Après ?

Qui vivra verra …

 


 

Merci aux personnes qui ont lu ce One Shot!
Je mets rarement des notes à la fin de mes textes, mais là je tenais à vous dire, si vous ne l’aviez pas vu, que j’ai ouvert des demandes de One Shot. Si celui-ci ou les autres textes que j’ai écrit vous ont plu, sachez que vous pouvez demander le vôtre! Si vous voulez en savoir plus, c’est ici que ça se passe -> Ask Me Write – vous demandez, j’écris

Publicités

2 réflexions au sujet de « [One Shot] Mon Ami Imaginaire »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s